1941

Observant un buffet ancien sur la Calle de Palma, elle est approchée par l’ingénieur Fernando Palacios et lui propose de faire des films.

Gabriel Figueroa réalise les premiers tests photogéniques au format 35 mm.

Elle reçoit la proposition de s’appeler artistiquement Diana del Mar ou Marcia Maris, qu’elle rejette catégoriquement.

Une équipe de travail dirigée par Fernando Palacios est intégrée pour soutenir ses débuts au cinéma avec des cours de comédie, de diction et de danse. La conception de l’image et de la garde-robe est en charge d’Armando Valdés Peza.

Sa première apparition publique est au bal Blanco y Negro du Country Club de Mexico.

Ernesto Alonso, également nouveau venu dans le milieu, l’accompagne dans ses incursions cinématographiques.

fotos-d-maria-felix

1942

Sa carrière cinématographique a commencé avec le tournage de El Peñón de las Ánimas dans l’interprétation de María Ángela Valdivia.

La rivalité et les humiliations entre les protagonistes sont présentes tout au long de cet ouvrage. Le désaccord avec Jorge Negrete culmine dix ans plus tard dans l’appel boda del siglo.

Pendant le tournage, elle rencontre Raúl Prado, membre du Trío Calaveras, avec qui la presse la raconte romantiquement; Je refuserais toujours le mariage promu.

Ses débuts impliquent l’éclatement de la famille en raison du mécontentement de son père.

Filme son deuxième film María Eugenia et elle rencontre l’archétype qui définit nombre de ses rôles à l’écran: celui d’une femme sans scrupules orientée vers le progrès économique et social.

Il prend la seule image dans laquelle son anatomie est appréciée en maillot de bain; il devient un phénomène de censure et de culte de la part de ses admirateurs.

Il se rend dans la ville de Los Angeles, en Californie, pour voir le monde du cinéma qui ne l’a jamais intéressé professionnellement. Cela coïncide avec Greta Garbo.

1943

La circonstance favorable l’amène à rencontrer le rôle qui anime sa carrière professionnelle et transcende de jour en jour au cours de sa vie: Doña Bárbara.

La Bárbara Rómulo Gallegos cohabite pour toujours avec la Doña comme elle est connue depuis lors. Réalité et fiction ne font plus qu’un, érigeant en Marie la personnalité qui surprend le monde envahi par sa présence.

Le succès Doña Bárbara n’attend pas. Les frontières latino-américaines succombent à sa force interprétative.

Grâce à Fernando Palacios dans le rôle de réalisateur, il a filmé le China Poblana. Elle n’est jamais fière du résultat du film, elle le considère comme son «péché de débutant». Le 24 mars 1982, les copies existantes sont perdues dans l’incendie du cinéma national.

fotos-d-maria-felix

Pendant le tournage de La Mujer sin Alma, pour la première fois, l’écran le voit chanter, interpréter le thème Tuya,sous une voix doublée.

Elle commence à consolider son image de mangeur d’hommes et de star de cinéma mexicaine avec la plus grande personnalité.

Lors de la première de Doña Bárbara Tito Novaro lui présente officiellement Agustín Lara. Pendant les semaines de parade nuptiale, ils fréquentent les Ciro, Salón México, Leda et Esmirna.

Il commence sa relation avec Lara qui lui donnera sa première chanson: Sortez la tubéreuse, brune. Peu de temps après, elle a déménagé dans une résidence à Galileo 37 et a été divertie par le musicien poète avec des compositions, des fourrures et des bijoux.

1944

Film La Monja Alférez, dans lequel le public a l’occasion de la voir habillée en mousquetaire nommé Don Alonso et portant des habits dans le rôle de Catalina Erauso.

Sous un prétexte internationaliste, il joue Amok, basé sur le travail de l’écrivain autrichien Stefan Zweig. Encore une fois un double rôle, à l’exception de son image tournée vers la blonde; un dispositif malheureux dans la mémoire visuelle de l’actrice.

Les cabarets et les corridas sont une scène fréquente où elle est accompagnée par Agustín Lara.

Avec le soutien de Lara, elle récupère son fils Quique suite à un enlèvement présumé.

1945

Star de cinéma culte. Le réalisateur Julio Bracho cherche à faire un film d’érudition. Les dialogues de El Monje Blanco Ils sont travaillés avec la théâtralité du vers d’Eduardo Marquina et Javier Villaurrutia, qui nécessite une capacité de mémoire et une diction qui surpasse toute histoire de bégaiement.

Au moment où Antonio Momplet filme Vértigo, c’est une star capable de diriger ses réalisateurs, de nouer des alliances avec des journalistes et de recueillir les éloges des critiques de cinéma.

Succès et célébrité lui permettent de se positionner au sommet de la masse salariale devant tout acteur national et le public rend hommage à son travail.

L’intérêt pour la vie des femmes et l’oubli qui est généralement porté par l’actrice se démarque dans la presse.

Le 24 décembre, il épouse Agustín Lara à son domicile de Polanco.

Lors de sa lune de miel à l’hôtel Papagayos à Acapulco, Lara lui présente l’hymne éternel: María Bonita.

fotos-d-maria-felix

1946

À la liste de ses rôles de destructeur d’hommes, elle ajoute La Devoradora, Diana de Arellano, un personnage avec lequel il capitalise sur son succès, au service du mythe déjà établi d’une femme éblouissante perverse dans laquelle survit la Doña.

La perception du public indique qu’elle semble être elle-même dans chaque représentation.

L’espace mimétique entre réalité et fiction est de plus en plus étroit, auquel s’ajoute un critique spécialisé dans lequel un itinéraire est balisé: Doña Bárbara devient un dévoreur sans âme. La mujer sin alma, une dame dévorante et la Devoradora, une dame sans âme.

fotos-d-maria-felix

Dans le film La Mujer de todos Ernesto Alonso participe brièvement au rôle d’un amant suicidaire. Vêtue d’une robe emblématique, l’actrice développe une séquence exceptionnelle pour l’histoire du cinéma national en dépeignant la froideur et le despotisme du personnage.
ERNESTO:       Mi padre lo sabe todo y estoy perdido. ¡No sé qué hacer!

MARÍA:             Rentrez chez vous et demandez pardon.

ERNESTO:       No sé pedir perdón.

MARÍA:             Apprendre.

ERNESTO:         Et notre amour? Maria, j’ai du mal à croire que tu viens à ce dîner.

MARÍA:             Apprenez à oublier aussi.

ERNESTO:        C’est tout ce que tu as à me dire?

MARÍA:         Et que pourrais-je vous dire d’autre?

ERNESTO:       Un mot qui m’aide à vivre.

MARÍA:             Oublie moi.

fotos-d-maria-felix

Commencer avec Enamorada une sorte de genre nationaliste poétique dans sa carrière, qui lui permet la reconnaissance de l’Académie mexicaine et l’obtention de récompenses internationales. Le film est considéré comme l’un des plus beaux du cinéma national en raison de la photographie de Gabriel Figueroa, de la fraîcheur de l’histoire et de l’interprétation du couple passionné avec Pedro Armendáriz.

El escritor adapta el guión y le hace un gran regalo a su carrera; la serenata de La Malagueña donde se aprecia un largo Close Up de sus ojos con intercortes a Pedro. Un especial encuadre por parte de Figueroa, el cual, diversos fotógrafos en la historia de cine han tratado de igualar sin conseguirlo.

Avec le long métrage, il reçoit son premier Ariel pour sa performance stellaire. Son avancement professionnel sera accompagné dès ce moment par la direction de personnes consacrées comme Emilio, Indio Fernández.

À l’appellation de La Doña celui deMaría Bonita.

Il rencontre le politicien et homme d’affaires Jorge Pasquel qui lui donne des bijoux coûteux et est impliqué dans une relation amoureuse.

Elle établit des relations commerciales avec les principales maisons de haute couture européennes qui importent sa garde-robe via New York.

Sa passion pour les objets anciens fait d’elle une débutante connaisseuse d’antiquités, ce qui deviendra une obsession des années plus tard.

1947

Peu à peu, le travail d’acteur lui donne une reconnaissance internationale et la possibilité de travailler avec des réalisateurs de la stature Luis Buñuel, Luis Saslavsky et Jean Renoir, entre autres.

Dans Que Dios me perdone, revient à la sphère artificielle et internationale que soumet le nationalisme poétique comme produit de la Seconde Guerre mondiale.

Cinq ans après ses débuts, sa pluralité interprétative oscille entre les thèmes mexicains et le monde extérieur. Ainsi, le passage de La diosa arrodilla a Río Escondido, de Que Dios me perdone a Maclovia, de Los héroes están fatigados a La Escondida, élections dérivées de la signature de contrats d’exclusivité et d’engagements convenus pour les années suivantes.

Il se sépare d’Agustín Lara. Avec ses propres ressources, il achète une maison dans la rue Aristóteles, Polanco.

Vous décidez de donner à votre fils une éducation dans des académies militaires au Canada et aux États-Unis.

Il entame une relation professionnelle et amicale avec le producteur espagnol Cesáreo González.

1948

fotos-d-maria-felix

Le filmRío Escondido e mérite une seconde reconnaissance de la part de l’Académie mexicaine des arts et des sciences en lui décernant l’Ariel pour la meilleure performance de l’année pour le rôle de Rosaura Salazar.

fotos-d-maria-felix

Il rencontre Diego Rivera en posant pour lui avec un enfant dans ses bras pour le portrait Mère mexicaine. Le peintre lui donne le trait de fusain qu’il a gardé toute sa vie, ainsi que son étroite amitié.

Maclovia il obtient le succès international qui lui manque au Mexique. Pendant le tournage au lac Janitzio, elle est divertie par Jorge Pasquel de Mexico, qui envoie des avions privés avec de la glace pour la rafraîchir sur le plateau.

Agustín Lara lui tire dessus dans un accès de jalousie qui met finalement fin à leur relation.

Le film Doña Diablail montre une autre facette du mangeur d’hommes; une Angela sans scrupules dont le déclin moral correspond à sa carrière ascendante du mal.

Au terme de ses engagements nationaux, il s’est rendu en Europe à la recherche d’une carrière internationale. Votre première chance vient avec Marenostrum film basé sur le roman homonyme de l’écrivain espagnol Vicente Blasco Ibáñez.

Il est consolidé comme une star internationale et vit avec l’aristocratie des talents artistiques et intellectuels en Espagne, en France et en Italie.

La presse madrilène la raconte de façon romantique avec le torero Luis Miguel Dominguín.

Elle arrive en Espagne avec un entourage: une coiffeuse, maquilleuse, secrétaire, couturière et sa couturière, auxquels se joindra le scénariste Luis G. Basurto, et une multitude de valises mémorables.

Il s’installe à Madrid à l’hôtel Ritz et s’installe plus tard au Palace.

Agustín Lara lui dédie les chotis Madrid, une lettre d’amour à distance.

1949

Le succès en tant que femme fatale obtenu sur l’écran mexicain a une continuité dans le Vieux Continent dans le film Una Mujer Cualquiera.

Le public qui l’a intronisé succombe à la tradition dictée par les bonnes mœurs et dans un phénomène cathartique, elle se protège du double standard de la haine et de l’admiration absolue.

En Espagne, il est permis d’imposer des changements dans les scripts de ses films pour donner plus d’éclat aux personnages auxquels s’ajoute le soutien inconditionnel du producteur, admirateur et ami, Cesáreo González et le soulèvement esthétique de son costumier inconditionnel, Armando Valdés Peza, qui permet à la star de porter de superbes chapeaux et costumes.

Tandis que la presse espagnole l’accueille avec soin et dévouement, la presse nationale en fait une cible de critiques. Son travail professionnel est constamment vilipendé par la calomnie et la note bon marché la qualifie d’assassin, d’opportuniste et de mauvaise femme, reflétant la nature de ses personnages sinistres dans la vie elle-même.

fotos-d-maria-felix

Sa vie quotidienne est remplie de l’élite intellectuelle, ainsi ses détracteurs trouvent dans les voix de Diego Rivera, Efraín Huerta et Renato Leduc ses défenseurs professionnels.

Elle est impliquée dans un scandale suite au décès de Rebeca Uribe, son assistante personnelle.

Reçoit un deuxième Ariel pour la meilleure performance féminine avec Río Escondido.

Un portrait peint par Diego Rivera dans lequel son nu est laissé entendre fait sensation.

26 octobre, première visite à Cuba où les clés de la ville lui ont été remises et elle a été nommée Invitée d’honneur. Il provoque un tollé partout où il apparaît à La Havane.

1950

Son effigie est immortalisée au moyen d’une sculpture, sous le nom de La Noche del Sábado. Il trouve dans les ciseaux européens le prétexte d’un complot plein de splendeur esthétique, de somptuosité, d’aristocratie et d’hommage. Mythe et réalité ont fusionné et la voix d’Imperia semblait être la sienne:
Pour faire quelque chose de grand dans la vie, vous devez détruire la réalité; enlevez leurs fantômes qui bloquent notre chemin; suivre, comme seule réalité, le chemin de nos rêves vers l’idéal, où les âmes volent le samedi soir, certaines vers le mal, pour s’y perdre comme esprits des ténèbres; d’autres vers le bien, pour vivre éternellement comme des esprits de lumière et d’amour.”

Il rencontre le roi Farouk d’Egypte, la courtise et lui offre un diadème appartenant à Néfertiti.

Reçoit un troisième prix Ariel pour sa performance dans Doña Diabla.