1962

Dans La Bandida l’éventail des émotions est présent il pleure, rit, chante et souffre, insulte et se bat dans ce qui semble être le rôle le plus vigoureux de sa carrière, secouant à nouveau le double standard de l’époque, qu’il gagne, arguant qu’aucune prostituée ne mérite d’être heureuse.

La révélation dans un rêve inconstant plein d’ironie et de comédie, lui permet de se moquer d’elle-même en répétant l’hilarité de sa présence dans le film Reportaje. La petite participation de María s’interprétant dans le film Sí Yo fuera millonario cela lui rapporte l’une des plus grosses sommes jamais offertes dans sa carrière.

Enrique étudie les sciences politiques à l’Université nationale autonome du Mexique en vue d’une carrière diplomatique.

1963

Dans la maturité de sa carrière et de sa vie, à 49 ans, il propose en Amor y Sexo une scène de lit nue et suggestive avec Julio Alemán. Le scénario ne l’a pas prévu et c’est elle qui le propose à la recherche d’une amélioration dramatique dans l’une des scènes de la prison. Au scandale de la scène s’ajoute l’élévation de la vie sexuelle entre une femme plus âgée et un jeune homme.

Le milieu journalistique international reconnaît sa carrière en lui proposant des couvertures dans les principaux magazines spécialisés.

Visitez Lima, au Pérou, lors d’une tournée internationale.

Elle est interviewée par l’animateur de télévision péruvien, Luis Ángel Pinasco.

Le film La Valentina Sur un ton comique, il perpétue son image en chantant et en dansant aux côtés d’Eulalio González, Piporro. Une belle mariée qui est belle dans la cinquantaine, et qui semble intemporelle, est plausible sous le mythe de la beauté éternelle de l’actrice qu’elle tient depuis de nombreuses années.

Diverses tentatives biographiques circulent en proie à des incohérences qu’il ne reconnaît pas.

Il entretient une solide amitié avec Renato Leduc et sa femme Leonora Carrington qui ont peint pour lui le triptyque surréaliste. Sueño de Sirenas.

1964

Enrique fait ses débuts artistiques dans une production d’Ernesto Alonso, peu de temps après que Luis Buñuel l’intègre au casting d’un de ses films.

Graver le disque La voz de María y la inspiración de Agustín Lara.

1965

Leonora Carrington peint le tableau grand format La Maja del tarot qui occupe le mur où se trouve le portrait réalisé par Diego Rivera en 1949.

1966

Il confie à Cartier la conception exclusive d’un collier en forme de serpent en platine, or et émail recouvert de 2500 diamants.

1967

Reçoit symboliquement d’Alex Berger ce qu’il considère comme son plus beau cadeau; le projet de construction du métro de Mexico. Dans sa maison de Polanco, des accords sont conclus entre les autorités et l’entreprise de son mari.

1968

Elle est interviewée par Jacobo Zabludovsky et Pedro Ferriz Santa Cruz dans le programme Automex Presenta.

1970

Avec La Generala Il clôt sa carrière au cinéma en semant dans l’imaginaire populaire le parallélisme de Mariana Sampedro avec l’idée impudente d’un inceste entre nourrissons, et la mort d’un frère sous trahison.

Elle dit au revoir au cinéma à côté de son mari Alex Berger, qui est l’un des principaux investisseurs. L’événement semble fortuit dans la recherche d’un scénario important pour la réalisation d’un film de plus grande envergure, qui, dans les décennies suivantes, n’arrive pas.

Il protège sa riche personnalité des échos filmiques dans l’intimité de ses maisons à Mexico et à Paris. Ses apparitions sont sporadiques, mais déjà sous l’objectif de la télévision.

Enregistrez le feuilleton historique La Constitución sous la direction de son ami Ernesto Alonso.

Il se rend à Caracas, au Venezuela, pour enregistrer certains chapitres de la telenovela Cristina  dans le rôle de Domenica, La Leona.

Sa présence est inscrite dans les scènes de la mode, de l’intellectualité, de la haute société, de la collection, du monde équestre, de l’art et de la cinématographie.

1974

Mourir paisiblement Doña Josefina Güereña chez sa fille à Polanco.

A Paris, Alexander Berger meurt d’un cancer du poumon. De nouveau veuve, dans une profonde solitude, elle fait face à un processus dépressif à la clinique Mayo de Rochester.

1975

Il confie à Cartier la réalisation du bijou le plus extravagant et emblématique de sa collection, un collier au dessin de deux crocodiles sertis dont la structure en or est recouverte de 1023 brillants jaunes et de 1060 émeraudes serties.

Produit d’une relation éphémère et tourmentée avec un jeune parisien; il compose la chanson Je l´aime à morir. Francis Cabrel l’annoncera deux ans plus tard.

1976

Il se rend à Ciudad Nezahualcotl au cinéma Aurora pour dévoiler la plaque de rue qui porte son nom à la demande des voisins. Carlos Monsivais en fait une chronique intéressante.

1979

Dans l’émission Siempre en Domingo, animée par Raúl Velasco, l’auteur-compositeur-interprète Juan Gabriel lui dédie la chanson María de todas las Marías.

1980

Il reçoit un hommage à sa carrière au Festival du film ibéro-américain de Huelva, en Espagne.